En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d'analyse et de confort de visite sur ce site. J'accepte

Haut
de page

Piano PianoPiano Piano


Installation cinétique

Piano Phase de Steve Reich est une œuvre créée pour deux pianos, mais dont le principe est découvert avec des magnétophones. En superposant deux phrases musicales identiques, et en accélérant l’une des bandes, Steve Reich invente le phasing, un déphasage musical qui laisse entendre de nouveaux motifs. Plus tard Anne Teresa de Keersmaeker crée sur cette musique, Fase, une chorégraphie où deux danseuses synchronisée tournent sur elles-mêmes et déphasent leur rotation en suivant le phasing de la musique. J’imagine Piano Piano, comme la superposition des deux œuvres : deux pianos mécaniques jouent Piano Phase et tournent sur eux-mêmes. À la superposition, qui est le principe de Piano Phase, s’ajoute l’histoire d’une œuvre, qui a glissé des magnétophones aux pianos, de la musique au mouvement, pour revenir ici à sa mécanique première, le cycle.

Aurélien Bory – mars 2019

"J’imagine Piano Piano, comme la superposition des deux œuvres : deux pianos mécaniques jouent Piano Phase et tournent sur eux-mêmes."

 Aurélien Bory

Distribution

Conception : Aurélien Bory
Assistant artistique et technique : Stéphane Chipeaux-Dardé
Lumière : Arno Veyrat
Musique : Piano Phase de Steve Reich
Transposition de la partition : Joan Cambon
Construction : Pierre Dequivre et Pierre Paillès
Programmation : Stéphane Dardé, David Puyoou
Régie générale : Stéphane Chipeaux-Dardé

Œuvre créée à l’initiative du Festival international Piano aux Jacobins avec le concours du Couvent des Jacobins / Mairie de Toulouse et de la Fondation BNP Paribas.
Dans le cadre du Portrait/Paysage consacré à Aurélien Bory par le ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie

La Compagnie 111 – Aurélien Bory est conventionnée par la Direction Régionale des Affaires Culturelles Occitanie / Ministère de la Culture, la Région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée et la Mairie de Toulouse. Elle reçoit le soutien du Conseil Départemental de la Haute-Garonne et de l’Institut Français.