En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d'analyse et de confort de visite sur ce site. J'accepte

Haut
de page

Les sept planches de la ruseLes sept planches de la ruse

Pièce d'Aurélien Bory avec des artistes de Dalian - Chine
(création 2007)

La géométrie est l’inspiration de mon travail. Certainement pour la raison que la scène est avant toute chose un espace et que toute action qui s’y produit est soumise aux lois de la mécanique générale. La scène est l’endroit de la fiction, où la poésie est liée au dialogue entre l’homme et l’espace. Entre ce qui est humain et ce qui ne l’est pas. C’est ce qui m’a amené à chercher dans la géométrie le point de départ du travail. C’était aussi une manière de déplacer ma rencontre avec les artistes chinois sur un terrain neutre, les mathématiques, une science majeure à la fois dans la pensée chinoise et dans la culture occidentale.

La Chine

Terre étrangère par excellence, aller en chine pouvait cependant signifier pour moi, aller à la source d’un savoir ancestral, plus particulièrement dans le domaine du corps. Plus vieille civilisation encore vivante, la chine a pensé le monde comme un tout. Et l’homme également comme un tout, accordant une importante place au corps. De fait chez l’acteur de l’Opéra de Pékin, la pratique du corps est globale, avec la danse, l’acrobatie, le chant. Et cette polyvalence dans le jeu est présente aussi chez les acteurs que je recherche et avec qui je travaille depuis toujours.

Le jeu

Pourquoi le jeu ? Voici une définition lue sur Wikipédia qui me semble correspondre: « Le jeu est une manière de représenter le monde. Ainsi le jeu transpose, dans un objet concret, des systèmes de valeurs ou des systèmes formels abstraits. De ce point de vue le jeu peut être considéré comme une métaphore du monde. Chaque partie jouée est une forme d’œuvre d’art ».

 

Photo de Jean Dieuzaide

Les sept planches de la ruse

J’ai choisi de m’inspirer d’un jeu chinois datant de l’antiquité, le Tangram, ou en chinois le Qi Qiao Ban, ce qui veut dire littéralement Les sept planches de la ruse. Ce jeu est un puzzle de sept pièces dont les nombreuses combinaisons sont d’un grand intérêt géométrique. Nous pouvons imaginer que ce découpage des formes contient les fondements la pensée chinoise. Il possède un fort pouvoir métaphorique, ludique, émotionnel.

Un théâtre tectonique

Les pièces du jeu sur la scène deviennent des blocs. Ils glissent les uns contre les autres, s’érigent en montagnes, en villes. Les forces opposées donnent lieu à des architectures aux équilibres improbables. Des failles, des écrasements, des ruptures décident de la place de l’homme. Les sept planches de la ruse suit un mouvement tectonique, un lent mouvement de transformation inéluctable, un devenir toujours changeant, que les hommes actionnent, et subissent tout à la fois.

Aurélien Bory (avril 2008)

Les dislocations visibles de l'écorce terrestre sont le produit de mouvements qui résultent de la diminution du volume de notre planète. Ils tendent à se décomposer en mouvements horizontaux et en mouvement verticaux.

 Eduard Suess

Le nombre parfait est celui qui exclut toute idée de compter.

 Anonyme chinois (cité par Claudel)

La Chine est un détour.

 François Jullien

liberation

Les sept planches de la ruse
08 février 2008

Aurélien Bory, 35 ans, directeur artistique de la Cie 111, après des études de physique, un diplôme de cinéma, une formation en acoustique architecturale puis en jonglage, est parti les mains dans les poches en Chine, à Dalian, ville portuaire entre la mer Jaune et la mer Bohai. Ce jongleur et metteur en piste n’avait aucune idée de ce qu’il allait trouver, déjà débarrassé des nombreuses chinoiseries qui encombrent les projets artistiques. Il s’est contenté de regarder et d’entrer en contact avec les artistes « locaux ». Mieux qu’à la Star Academy, les quatorzes interprètent qui se sont engagés à ses côtés excellent ausis bien à l’acrobatie qu’à la danse, au chant ou au jeu d’acteur. Il a choisi deux circassiens et douze acteurs de l’Opéra de Dalian. Chose peu commune, sept sont retraités, âgés de 45 à 58 ans, et c’est un des points essentiels de ce spectacle inouï.

Casse-tête

En Chine, Aurélien Bory a découvert et expérimenté le tangram, ou qi qiao ban, qui signifie « les sept planches de la ruse » dont il titre le spectacle. Ce jeu antique décline les possibilités combinatoires de la géométrie. Casse-tête chinois, c’est le cas de le dire, ce puzzle comprend sept éléments, cinq triangles de trois tailles différentes, un carré et un parallélogramme qui s’épaulent pour composer des figures équilibristes. Ainsi le metteur en piste avait-il trouvé sa base : « Un territoire transculturel, dit-il, à travers les mathématiques, à la fois science fondamentale de le pensée chinoise et pilier de la culture occidentale. » Pas besoin d’autre argument dramaturgique ; une plongée dans le Livre des mutations ou Yi King, autre trésor de la culture chinoise, et le socle du spectacle était là. Aurélien Bory a ensuite expérimenté ces matières premières, vérifié sur maquette si ses propres ruses fonctionnaient. Ce n’est rien de dire qu’elles sont opérationnelles. Les Sept Planches de la ruse sont de toute beauté, grâce notamment à cette entente mathématique qui n’a pas besoin de mots pour communiquer. Les acteurs vêtus de noir s’affairent. Une minute d’inattention, un surpoids en trop, et le château des sept planches peut d’écrouler…

Défi

Cela pourrait renvoyer aux constructions du Bauhaus d’Oskar Schlemmer, ou à la sphère de Laban. mais nous ne sommes pas dans la danse, dans la composition chorégraphique. Le corps est ici tenu à la prouesse et au défi. Les acrobates réalisent des équilibres sur des surfaces elles-mêmes fragiles, au bord de la disparition. On passe, en fonction des lumières d’Arnaud Veyrat, d’un univers à l’autre, de la Chine ancienne à la Chine des gratte-ciels. La composition musicale de Raphaël Wisson opère le même voyage d’un siècle à l’autre. La chorégraphie joue des marches et met en valeur un détail, un petit geste d’art martial par exemple, pour mieux passe à autre chose. Quant aux interprètes, ils savent faire masse, corps commun construisant les architectures les plus audacieuses. Ils se distinguent aussi en des partitions personnelles ; descendant par exemple des pentes de plus de 80°. La scène telle une banquise qui explose en morceaux pour mieux se reconstruire, est comme une métaphore de la place Tiananmen. La foule est là. On se dresse contre un char. Si l’exercice est mathématique au départ, il n’est est pas moins charnel sur scène. On ne quitte pas des yeux les interprètes, ni la musicienne souvent éjectée sur un petit bout de banquise, renversée.

Dans ce spectacle qui est un paysage changeant, rappelant la fragilité et la résistance lorsque l’un se glisse dans un interstice dangereux, on ne trouve pas de plage de tranquillité. C’est l’ « intranquillité » telle que la pensait Pessoa.

 

Marie-Christine Vernay

Lire + d'articles

Les sept planches de la ruse suit un mouvement tectonique, un lent mouvement de transformation inéluctable que les hommes actionnent et subissent à la fois.

 Aurélien Bory

Distribution

Avec  Sun Ruichen, Yu Yingchun, Ding Hong, Jiang Huimin, An Liming, Chen Jianhui, Liu Yu, Qu Aiguo, Wang Wentao, Zhang Benchuan, Cao Yuhua, Liu Xueyong, Liu Yuanzhi, Song Chao

Responsable des artistes de Dalian Fan Xiangcheng
Conception, scénographie et mise en scène  Aurélien Bory
Collaboration artistique  Pierre Rigal
Assistants à la mise en scène  Evita De Ayguavives, Hugues Cohen (en alternance)
Création lumière  Arno Veyrat
Composition musicale  Raphaël Wisson
Mixage et son  Stéphane Ley
Musique additionnelle  Arvo Pärt
Costumes  Sylvie Marcucci
Réalisation décor  Pierre Dequivre et les ateliers de la Fiancée du pirate
Chef constructeur  Arnaud Lucas
Patine  Emily Battersby, Charlotte Delion, Charles Martel
Régie générale  Arno Veyrat
Régie son Joël Abriac
Régie lumière François Dareys
Directrice adjointe 
Florence Meurisse
Chargée de production 
Marie Reculon
Attachée de communication, relations publiques  Sarah Poirot
Presse  Dorothée Duplan, Flore Guiraud, Eva Dias assistées de Louise Dubreuil (Agence Plan Bey)

PRODUCTION DÉLÉGUÉE JUSQU’AU 30 JUIN 2010  Scène de la Terre – Jean-Luc Larguier
PRODUCTION DE LA REPRISE EN 2015 Compagnie 111 – Aurélien Bory

COPRODUCTION DE LA CRÉATION EN 2007  Théâtre de la Ville – Paris, Direction de la Culture – Ville de Dalian, Equinoxe – Scène nationale de Châteauroux.
Accueil en résidence  Scène nationale de Sénart
Avec le soutien du  Ministère de la culture/Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Ville de Toulouse, Institut Français.

Aide à la reprise en 2015  Le CENTQUATRE-PARIS